Une décennie de Lyncelia

Retrospective Lyncelia article #9: Création de Lyncelia

Lyncelia Logo 2008

Aujourd’hui je reviens 10 ans en arrière lorsque j’ai créé Lyncelia le 1er septembre 2008 mais cela faisait déjà plusieurs mois que je travaillais sur ce projet.

A vrai dire, en 2004 j’ai essayé de créer un projet Coldwave, j’avais même réussi à trouver des musiciens (un bassiste, un batteur, un deuxième guitariste et une chanteuse) mais ca n’a pas dépassé le stade de la 1ère répétition. D’un coté on partait de zéro, je n’avais aucune compos à présenter ni à proposer, nos influences n’étaient même pas claires. Certains voulaient faire du Gothic-Rock voire du Deathrock, D’autres du Gothic-Metal et moi de la ColdWave. C’était fermement voué à l’échec.

Ce ne fut qu’en 2007 que l’envie de réellement jouer de la Coldwave fit surface. Après m’être mis au Synthétiseur, je fini par composer 1 à 2 titres qui me conforta dans cette idée et au bout de plusieurs mois j’avais constitué de quoi commencer un nouveau projet (J’avais les titres “Over The Senses”, “Scorn”, “Extincted”, “Persistence of Vision”, “Clemency” et d’autres que je n’ai pas gardés).

A l’époque j’étais impliqué dans un groupe de Metal (Death Metal plus précisément) et la Coldwave me permettait d’exprimer ce que je pouvais difficilement exprimer par le Metal et l’idée de créer un projet parallèle me paraissait complémentaire.

Au départ ma soeur Amélie devait être la chanteuse unique, mais faute de temps elle n’a pas pu intégrer à plein temps ce projet. J’ai donc pris la décision de chanter moi-même, ce qui représentait un challenge énorme pour moi.

Durant le mois d’août 2008, lors de mes vacances en Bretagne, je composa un titre qui sera décisif: “Lyncelia”.

J’ai trouvé ce nom par hasard en regardant un dvd où fut prononcé le terme “Shroud” qui signifie Linceul en français. La sonorité me parlait mais pas la signification, je cherchais un titre sans signification particulière qui pourrait très bien être un nom féminin et en mélangeant plusieurs prénoms féminin j’en suis arrivé à Lyncelia.

Ce fut une révélation et le début de cette aventure.

Je me suis mis de suite à l’écriture d’un texte pour accompagner ce titre et j’avais en tête un visuel avec une rose bleu, issu d’un bouquet que j’avais pris en photos auparavant. Ce fut le point de départ de Lyncelia et je créa de suite une page Myspace pour symboliser cette naissance.

Lyncelia était né, je ne savais pas où j’allais mais j’étais excité de développer ce projet solo.

Quand j’y repense, mon idée de départ était uniquement de réaliser un album, voire un deuxième mais c’était tout. Je ne pensais pas que 10 ans après Lyncelia serait devenu un groupe et mon principal projet avec lequel je réaliserai 3 albums, une vingtaine de concerts, 4 clips et de quoi faire un 4ème album.

Je commençais à prendre goût à l’écriture des textes, et les chansons commençaient à prendre forme mais j’avais du mal avec ma voix qui ne me convenait pas.

J’étais frustré de ne pas réussir à chanter comme je le voulais (le Death Metal ça laisse des séquelles lol) alors il m’a fallu développer une façon de chanter un peu différente. J’ai dû trouver un ton et un phrasé qui me seraient personnel. Ce fut un travail de longue haleine qui me demanda beaucoup d’énergie et de remise en question mais je voulais y arriver.

Puis quelques mois plus tard, via myspace, je reçu une proposition: Un concert à Paris à la Cantada. Mais ceci est une autre histoire (à lire ICI)

…A suivre…

Retrospective Lyncelia #8: Linxya

Lyncelia "Assigned for Disillusion" Cover (2013)

Aujourd’hui je reviens sur ce titre qui figure dans mes préférés (même si j’aime tous nos titres).

Ce fut l’un des premiers titres que j’ai composé pour ce deuxième album. Après avoir tâtonné sur plusieurs compositions qui n’aboutissaient à rien, j’en suis arrivé à un moment de lumière qui me permit de composer “Linxya”. Ce morceaux, écrit en 2009 bien avant d’enregistrer “Lovelorn”, me donna un point de départ pour ce deuxième album.

Ce deuxième album se devait d’être meilleur que le précédent et surtout je sentais qu’il serait plus ancré dans le désespoir qui annonçait la plus mauvaise période de ma vie qui allait arriver.

Ce titre est particulièrement tendu, déjà par le son qui est un peu plus agressif et surtout par ses paroles fortes et désespérées.

Le texte parle d’accepter son destin et de ne plus essayer de le fuir. Pour la métaphore j’ai utilisé le mythe d’Andromède (qui est un de mes préférés) qui accepta d’être sacrifiée dans les flots pour sauver son peuple. Le titre met en lumière la peur de ce qui arrivera avec l’envie d’être sauvé de ces tourments puis d’accepter la désillusion et de plonger dans les flots pour en être enfin libéré.

J’ai écrit ce texte dans une période noire de ma vie ou j’étais en colère face à la désillusion qui m’entourait, je voulais que tout change mais face à l’immobilisme de cette situation je n’ai pu que l’accepter. Ce qui a eu pour effet de transférer tout ce malaise dans cet album qui servit de catharsis et me permis de cristalliser toutes ces angoisses dans la musique.

Linxya 

Music and lyrics written by Alexis B.

Towards my destiny? Joining divine beauty
Chains circle my hands; Stretched from each side
Staring afar, the void; Wind caressing my eyes
My regard got lost; In the deep blue sea
______

Save me
Don’t let me sink
______

I wait your soul
Rise your eyes to me
______

My sacrificed soul; Abandon to the flood
Filling me with coldness; With insistent wavering
Complete my destiny; The only means to forget
My turned down glance; Saddened
______

Bless me
So let me sink
______

I’m close to dive
______

Let me drown in the waves
I must die for loving you
Let me drown in the waves
I must die for your love
______

I wait your soul
Rise your eyes to me
______

Let me drown in the waves
I must die for loving you
Let me drown in the waves
Let me drown in the waves

…A suivre…

Retrospective Lyncelia, article #7: Unveiled Illusion

Lyncelia "Assigned for Disillusion" Cover (2013)

Après avoir mis en lumière ces derniers mois le premier album “Lovelorn”, nous passons logiquement à “Assigned, for Disillusion” sorti en 2013.

Je vais commencer par le titre le plus apprécié de cet album, le titre “Unveiled Illusion” que j’ai composé en plein été 2010.

Mon intention était de faire un titre dansant, aux influences New Wave, car c’est ce qui nous manquait à ce moment pour contrebalancer avec les titres beaucoup plus graves et pesant de cet album. Après avoir vu un concert de mes amis de Malaise Rouge qui avait joué leur tout dernier titre “It was by love” qui était un titre très dansant et New Wave je me suis rendu compte qu’il nous fallait un titre dans le même style.

Tout commença par les première notes de synthétiseurs joués sur mon Virus TI et du riff d’accompagnements qui suit. Puis j’ai programmé un rythme de batterie New Wave bien dancefloor. Le tempo était défini et je commença à travailler sur les guitares. Je voulais que cette chanson soit forte, alors les guitares rythmiques sont basées sur des power Chord et la basse devait se focaliser et coller sur le rythme de la batterie.

Au depart toutes les guitares devaient être en son clair et j’ai finalement opté pour passer la guitare lead en saturé pour avoir plus de dynamique et plus de puissance donnant des notes acérés se détachant bien du reste.

Les paroles (écrite en janvier 2012) parle d’être entouré par la séduction, tournante et dansante. Une fois que l’illusion s’est dévoilé, pouvoir enfin se blottir dans ses bras, arrêter le temps pour lui appartenir et laisser ses peurs être apaisé par sa présence.

Unveiled Illusion

Music and lyrics written by Alexis B.

So sweet shape – Spinning around me
Through this night – To wasting dawn
You touched my dreams – Surrounded by your perfume
Inebriated by your glance
Tangled in this veil – veil of illusion
Deafened by this electric presence
So poisonous
______

Evaporating in my memories
Numb by this vision
I follow you
Blinded by your sharpened beauty
Drifting to the tenderness
Of your trembling hands
Drowned in your kiss
______

Take me in your arms
Tight me to oblivion
Let me feel your love
Forever

Take me in your arms
Dampen down my fear
Make me swirling
Forever
______

So slashing beauty – Lacerate my life
Please love me this night
Plant your bitterness – Under my skin
Burn my entire life
And bring me to you
______

Take me in your arms
Tight me to oblivion
Let me feel your love
Forever

Take me in your arms
Dampen down my fear
Make me swirling
Forever

January 2012

…A suivre…

Retrospective Lyncelia, article #6: Sorry Angel

Lyncelia Sorry Angel compilation Couleur Gainsbourg (2011)

Pour ce 6e post,  je vais revenir sur notre reprise de “Sorry Angel” de Serge Gainsbourg que nous avons faites en 2011.

Au départ ce fut une proposition des Cuizines (où nous répétons chaque semaine) qui voulait célébrer les 20 ans de la mort de Serge Gainsbourg en réalisant une compilation hommage avec que des groupes répétant aux Cuizines.

On en à discuté avec Claudia (qui etait à la basse) de ce projet, elle etait très enthousiasmée par ce projet et nous décidames de participer. C’est donc Claudia qui choisit le titre “Sorry Angel” car le texte et la musique s’apparentais bien à notre style.

L’exercice etait intéréssant de proposer une reprise personnelle, dans un temps limité, qui respecterai le titre d’origine tout en etant à 100% du Lyncelia.

Ce fut (très) compliqué pour moi de chanter en Français, je n’en ai pas l’habitude et les sonorités sont différentes de l’Anglais. J’ai du travailler pour adapter mon chant à chaque mot et adapter la prononciation pour que ce soit agréable à entendre et pour avoir des intonations proche de mon chant en Anglais. Même encore aujourd’hui j’ai beaucoup de mal pour chanter en Français.

L’apport de Claudia à la basse sur ce titre est indéniable, elle y a apporté un feeling presque jazzy, et moins figé que l’original, Superposée magnifiquement à mes guitares ColdWave.

Ce fut une expérience intense et intéréssante qui nous a beaucoup apporté et nous a permis de faire un exercice different puis de le restituer sur scènes accompagné par des groupes de divers horizons et de divers style et nous avons représenté la musique Gothique avec fierté à leurs cotés.

Retrospective Lyncelia, article #5: Concert au Buzz de Belleville

Lyncelia Le Buzz 2016 picture by Lea G

Pour ce nouvel article je vais revenir sur un moment particulier de Lyncelia qui fut le concert du 29 Avril 2016 au Buzz de Belleville (Paris – FR) avec les amis de Trouble Fait’ et l’excellent groupe italiens Der Himmel Uber Berlin.

Ce fut une date importante car ce fut mon retour sur scènes (les précédents concerts dataient de 2014), en mode line-up solo, avec une nouvelle guitare, une nouvelle configuration sonore, de nouvelles pédales d’effets et avec de nouveaux titres à jouer issu de Forsaken Innocence qui s’apprêtait à sortir. Tout était différent.

Je ne vous cache pas que ce jour là j’avais un trac immense. L’angoisse de monter sur scènes, seul avec ma guitare, comme si c’était mon tout premier concert et avec des titres que personnes n’avait entendu. L’excitation était à son comble car je ne demandais qu’à m’extérioriser sur scène pour concrétiser des mois et des mois de travail en amont sur le son tout les mardi en répétition pour que ce concert soit une réussite avec un son digne de ce nom et que je ne sois pas ridicule au vu des autres groupes qui m’avaient accordé leur confiance pour ce concert.

Pas simple non plus d’ouvrir le concert et de donner le ton pour cette soirée.  Lyncelia prenait forme dans une nouvelle incarnation. Les lumières s’éteignent, j’était enfin sur scène face aux regards de tout ces gens rivés sur moi. J’avais travaillé d’arrache-pieds pour y arriver et j’y etait enfin.

Lyncelia Le Buzz 2016 picture by Trouble Fait

Je lance l’intro, les synthétiseurs rugissent et font monter la tension. Les premières notes de “Blind” retentissent enfin, ma guitare m’enveloppe de ses sons, ma voix s’empare du micro et résonne dans toute la salle. La batterie, précise, froide et mécanique charpente le son de sa puissance percussive. Je devient enfin moi, ma vie ce joue ce soir, je suis Lyncelia. Le refrain porte ma voix à extérioriser toute ce trac accumulé. La pression redescend quelques secondes, “Unbound Pleasure” démarre, je présente le titre et son thème qui parle d’une jeune fille prête à s’abandoner et à devenir la fille qu’elle n’a jamais été. Le tempo s’emballe, la saturation de ma guitare rugit de manière dynamique, une tension sexuelle s’installe avec le refrain pour atteindre son paroxysme traduit par les voix féminines… Le concert suit son court, sans accrochage, les titres “Lost – Anastasia”, “Sapphic Tears” déroule la setlist, la reprise de L’aventurier d’Indochine que je chantait pour la première fois à abasourdi toute l’assistance pour finir sur le classique “Diamonds”. Les lumières se rallument, le concert est terminé.

Lyncelia Le Buzz 2016 picture by Lea G

Ce fut un grand bonheur de partager et de communier avec le public. J’y ai mis toute mon énergie, il faut toujours donner plus, et encore plus lorsqu’on est en solo avec personne autour de nous pour faire le show.

Cette expérience fut très intense et m’a redonner confiance en moi (moi qui doute en permanence). J’était capable d’assurer un show, de jouer dans toute circonstance et dans toute configuration scénique. Cela m’a conforter dans le fait que j’aime être sur scène et que c’est l’aboutissement de Lyncelia.

…A suivre…

Retrospective Lyncelia, article #4: Premier concert

Lyncelia 31 March 2009 first concert

Pour ce 4e article, je vais revenir sur une étape importante dans la carrière de Lyncelia: le tout premier concert de ce projet donné le 31 mars 2009.

Ce fut le point de départ des concerts de Lyncelia et ca m’a prouvé que même en solo je pouvait performer sur scènes et prendre plaisir à jouer. Pour la premiere fois je jouait des morceaux que j’avais composé et écrit les textes que je chantait une voix différente et à l’opposé de mon précédents groupe et le tout avec un look différent et à part. L’expérience fut intense et ce fut avec un trac extreme que je monta sur scène ce soir là pour jouer les 6 titres qui étaient finalisé.

A ce moment là le son de batterie n’était pas le même (je n’avais pas encore ma TR505 qui servira pour les 3 albums) et il n’y avait pas encore les titres “Diamonds” ni “Persistence of Vision” (dont le texte n’était pas encore finalisé).

Ce jour là, j’avait emmener mon ampli et l’organisateur avait refusé que je l’utilise et m’avait branché directement sur la console. Le résultat fut finalement plus intéressant que prévu et depuis j’ai abandonner l’ampli et je n’utilise plus que le simulateur d’ampli de mon multi-effet. Ce qui fait que je peux jouer partout avec un son constant et cela facilite les temps de balance avant les concerts.

Pour revenir sur l’histoire, A ce moment là Lyncelia en était qu’a ses début et n’était qu’un projet solo parallèle à mon groupe principal de l’époque. mes morceaux avait commencé à buzzer sur myspace et je reçu une proposition du chanteur de Soul Disorder (qui était aussi un excellent projet solo de coldwave) qui cherchait un 2e groupe pour une soirée à la Cantada.

J’ai sauté sur l’occasion même si au depart je n’était pas sûr du résultat de jouer en solo. J’ai donc travailler mon son pour pouvoir assurer un concert et ce soir du mardi 31 mars 2009 j’ai donner mon tout premier concert avec Lyncelia. J’en garde un très bon souvenir car ce fut la première fois que je jouait live en solo et de plus avec un projet qui me tenait très à coeur.

Setlist:

  • Clemency
  • Lyncelia
  • Extincted
  • Over The Senses
  • Void of Glass
  • Lovelorn

…A suivre…

Retrospective Lyncelia, article #3: “Assigned, for Disillusion”

Pour ce troisième article de retrospective, j’ai choisi de revenir sur le 2e album “Assigned, for Disillusion” sorti il y a tout juste 5 ans le 11 mars 2013.

Cet album comporte des titres que j’ai toujours plaisir à joué et dont certains que je joue encore régulièrement en concert (“Linxya”, “Unveiled Illusion”, “Blondestar”…).

Ce fut une étape importante pour Lyncelia car cet album marqua le fait qu’on était pas que le groupe d’un seul album et qu’on avait les capacités pour continuer et donner un successeur à “Lovelorn”. Ce fut aussi une évolution sur le son par l’apport de l’interprétation de Claudia à la basse et sur l’émancipation de ma voix. Ce disque nous amena la reconnaissance et le respect du public gothique français et international. Lyncelia était bien là pour continuer et durer.

Lyncelia "Assigned for Disillusion" Cover (2013)

Je reviens maintenant sur la conception de cet album qui fut engendré dans des conditions particulièrement douloureuse car il fut composé et enregistré dans une période où j’allais mal dans ma vie personnelle. Je traversais une grande période de désillusion et tout me paraissais perdu, je me sentais vide.

De la mélancolie de “Lovelorn” j’en était arrivé au désespoir. J’ai mis dans cet album tout ce que j’avais à ce moment, j’ai été au bout des choses jusqu’à en perdre l’inspiration, l’envie et la volonté. J’y ai laissé beaucoup de moi-même et ce fut une catharsis qui cristallisa tout mon mal-être et me permis de l’exprimer et de le sortir de mon subconscient.

Une fois “Assigned” terminé et pressé, j’ai ressenti un grand soulagement comme si tout mon désarroi était enfin exorcisé. Ce disque représentait plusieurs année de souffrance que j’acceptais et que je laissais derrière moi. Je me suis senti enfin léger et j’ai pu retrouver l’inspiration pour ensuite composer “Forsaken Innocence”.

Je ne peut pas terminer cet article sans parler de l’artwork du digipak réalisé par Sandra (qui nous as malheureusement quittée après une longue maladie). Elle nous a fait un artwork magnifique qui traduit parfaitement le thème de l’album. D’ailleurs lorsqu’elle m’a envoyée la version quasiment terminée (je me rappelle avoir ouvert ce mail un matin juste avant de travailler), j’ai été littéralement soufflé par le résultat qui était d’une magnificence époustouflante.

Cette jeune fille si douce dont le regard est perdu dans le désarroi et la désillusion… Encore maintenant j’en ai des frissons et j’ai toujours autant de plaisir à la contempler.

…à suivre…

Retrospective Lyncelia, article #2: “Lovelorn”

En ce mois de Février pour ce deuxième article de cette retrospective concernant Lyncelia, j’ai choisi de mettre en lumière le titre “Lovelorn” issu du premier album.

…My Beloved, Lost Forever…

Ce titre est basé sur le mythe d’Orphée qui après avoir perdu sa bien-aimée Eurydice va braver l’inconnu et la mort pour la retrouver. Une fois cette quête accomplie il devait la guider jusqu’à la sortie du royaume des ombres sans se retourner. En proie au doute, il se retourna, il vu que sa bien-aimée était bien derrière lui mais celle-ci lui est désormais enlevée et il perdu son amour pour une seconde fois et pour l’éternité.

Le texte est un des premiers que j’ai écrit pour Lyncelia et pose les bases de mon écritures, à savoir des phrases par moment indépendantes, très imagées et ancrées dans la description de sensations qui forment un ensemble homogène qui met en lumière des idées et des phrases fortes. Le thème est également un de mes thèmes favoris à savoir la recherche de l’amour perdu.

Cette chanson (écrite en juillet 2008) est un peu spéciale et “à part” dans l’ensemble de la discographie de Lyncelia, c’est un titre qui ne présente aucune parties de guitares, tout à été joué à la basse. Bien sûr on retrouve les deux parties distinctes et complémentaires qui restent ma marque de fabrique avec une partie rythmique et une partie mélodique. La batterie présente des sons de type TR909 avec beaucoup de reverb et un effet flanger sur celle-ci pour avoir une sonorité dans le style du titre “Faith” de The Cure qui constituait, à l’époque, une influence essentielle dans la conception du son Lyncelia.

…à suivre…

 

Une décennie de Lyncelia

Cette année 2018 célèbre les 10 ans de Lyncelia.

Pour célébrer cette décennie de musique, de passion et de partage avec vous, j’ouvre une nouvelle catégorie d’articles où je vous raconterai des moments importants, des chansons, photos, videos ou autres, qui ont fait l’histoire et la vie de Lyncelia et permis à ce projet d’aller plus loin.

En septembre, je publierai une compilation en forme de best-of des 3 albums agrémentée de reprises, de démos ou autres venant de mes archives personnelles.

Donc, j’ouvre cette célébration avec le titre “Assigna” de l’album “Lovelorn” (2010).

Cette chanson fait partie des titres que j’ai composés juste avant de créer Lyncelia. “Assigna” m’a permis de trouver le “style Lyncelia” et de me rendre compte que la ColdWave et la musique Gothique faisait partie de moi.

Cette chanson m’a aussi permis de savoir que Lyncelia n’est pas que de la musique mais un moyen d’exprimer ce que je ressent au plus profond de moi et que c’est aussi une sorte de développement spirituel et personnel qui jalonne ma vie et me donne de l’énergie pour aller de l’avant chaque jour.